T. Vairelles échappe aux assises

L’ancien attaquant international lensois, Tony Vairelles, et trois de ses frères, qui avaient été initialement mis en examen pour tentative d’assassinat pour des coups de feu en 2011 sur trois vigiles d’une discothèque, seront finalement jugés par le tribunal correctionnel de Nancy pour « violences », a indiqué vendredi le parquet. Avec la requalification des faits, ils échappent ainsi à la cour d’assises où ils encouraient la réclusion criminelle à perpétuité. Ils risquent désormais une peine de cinq ans d’emprisonnement.

Déplacement encadré pour Nancy

Il a fallu attendre officiellement ce mercredi 23 octobre pour connaître les modalités de déplacement pour les supporters lensois pour la rencontre de championnat de vendredi soir à Nancy…
Si l’interdiction pure et simple de ce déplacement, comme un moment envisagé, a été évitée, seuls les supporters Sang et Or effectuant un déplacement organisé par le club lensois pourront accéder au stade Marcel-Picot.
En effet, la préfecture de Meurthe-et-Moselle, au vu des « risques de débordements possibles », a décidé de prononcer un arrêté interdisant les personnes se désignant comme supporter du RC Lens « ou se comportant comme tel » au stade ainsi que dans un périmètre élargi à celui-ci hors ceux donc effectuant un déplacement officiel.

Entraînement perturbé pour Leca

L’évènement remonte à mardi, le gardien lensois, Jean-Louis Leca, a vu son entraînement arrêté quelques instants par un huissier !
En effet, ce dernier lui a apporté en main propre, comme le veut la procédure, une lettre avec l’injonction de payer une amende qui remonte en fait à trois ans !
A l’époque, le 17 novembre 2016, le tribunal administratif de Bastia avait prononcé une amende de 1 500 € à l’encontre du joueur pour avoir brandi un drapeau corse à Nice alors qu’il était gardien du SC Bastia et qu’il souhaitait ainsi fêter sa victoire sur la pelouse de l’Allianz-Riviera. Un geste qui en plus d’avoir provoqué des problèmes chez les supporters locaux était alors complètement prohibé car le Préfet des Alpes-Maritimes avait pris auparavant, justement pour éviter tout débordement, un arrêté d’interdiction d’accès au stade pour les supporters insulaires ainsi que tout vêtement ou objet à l’effigie du club et de la Corse.
Toutefois avec le temps pris après par les différents recours déposés par le club Corse et à priori un manque de communication de la part celui-ci, il a complètement « oublier » de payer cette amende. Ce qu’il devra donc maintenant faire avec une majoration de presque 4 000 euros…

A noter que Jean-Louis Leca a justement évoqué son amour de la Corse et plus particulièrement du SC Bastia cette semaine dans Breaking Foot sur RMC Sport. Ainsi s’il veut d’abord apporter la Ligue 1 à Lens, il désire aussi finir sa carrière au SC Bastia.

Un collectif porte plainte

Le collectif Rouge Direct demande à la Ligue de football professionnel de porter plainte après des chants homophobes entendus vendredi dernier lors de Lens – Valenciennes.
La présidente de la LFP, Nathalie Boy de la Tour, a indiqué à L’Equipe qu’elle allait se saisir du dossier et y donner une suite.
« La Commission de Discipline va se saisir du dossier mercredi. Ces chants homophobes sont inacceptables, nous devons les éradiquer de nos stades. Concernant le cas spécifique de Lens-Valenciennes, la vidéo apporte des éléments concrets, qui ont été transmis au délégué du match, qui va les intégrer dans son rapport. En parallèle, à travers notre convention de partenariat avec la LICRA, nous allons étudier les suites judiciaires à donner à ces événements. »

De son côté, le Racing-club de Lens a également publié un communiqué pour « rappeler qu’il dénonce toute forme de discrimination et continuera à lutter contre toute forme de propos homophobes, racistes ou contraire aux valeurs de respect qu’il défend au quotidien ».