Le cas Montanier…

On a indiqué que Philippe Montanier serait suspendu une rencontre suite à son carton rouge obtenu face à Lorient…
Sauf qu’en fait, le carton rouge n’était plus vraiment d’actualité pour la LFP qui a admis que l’arbitre de cette rencontre avait pensé à tort que l’entraîneur lensois était parti dans les vestiaires de rage alors qu’il voulait simplement se calmer de lui même…
Alors pas de suspension ? Non, car malheureusement le carton jaune précédent est lui bien justifié et c’est son troisième. Sauf que dans ce cas, la suspension prend effet plus tard et que donc Philippe Montanier peut être sur le banc lundi face à Rodez !
Vous suivez toujours ? Pas si simple, car en plus de date de suspension toujours pas définitive, la Ligue ne sait toujours pas en réalité selon le règlement si un entraîneur a le droit ou non de quitter sa zone technique en cours de match pour rentrer de lui même au vestiaire et là, en colère ou pas, cela ne change rien au problème…

Un match pour Philippe Montanier

L’entraîneur lensois, Philippe Montanier, connaît la sentence suite à son carton rouge, très sévère, reçu samedi dernier face à Lorient : le minimum ! A savoir un match de suspension de banc de touche, de vestiaire d’arbitres et de toutes fonctions officielles qu’il purgera donc lors de la rencontre de lundi face à Rodez. C’est Mickaël Debève qui devrait prendre son rôle sur le banc de touche même s’il restera certainement en contact avec l’entraîneur artésien en tribune.

C’est la Commission de Discipline de la LFP réunie le 6 novembre 2019 qui a décidé de cette sanction. On notera que durant cette même séance, elle a par contre décidé de classer sans suite le dossier concernant les supporters du RC Lens pour usage de fumigènes à Nancy (0-0, 12e journée de Domino’s Ligue 2) compte tenu des mesures tangibles prises par le club.

Sanctions contre le RC Lens

Réunie le mercredi 23 octobre 2019, la Commission de Discipline de la LFP a pris deux sanctions contre le RC Lens.

La première concerne le joueur Yannick Cahuzac pour une accumulation de trois cartons jaunes lors des dix dernières rencontres officielles. Il est suspendu pour la rencontre du huitième de finale de la coupe de la Ligue mardi à Nîmes.
La seconde est plus importante au niveau du nombre de matches, elle concerne le coordinateur sportif artésien, Florent Ghisolfi. Celui-ci a été sanctionné de cinq matches de suspension (dont deux avec sursis) « de banc de touche, de vestiaire d’arbitres et de toutes fonctions officielles. » Cela fait suite à son comportement envers le corps arbitral, à la mi-temps du match face à Orléans (4-1). Lens était alors mené 1 à 0 et il avait exprimé son mécontentement de façon virulente à propos d’une décision de l’arbitre Aurélien Petit qui venait de refuser un but de Florian Sotoca.

RAS en discipline…

Comme chaque semaine, la Commission de discipline de la LFP s’est réunie mercredi soir pour prendre d’éventuelles sanctions. Bonne nouvelle le RC Lens n’a pas été concerné par cette séance.
C’est l’occasion toutefois de relayer les propos (*) de l’entraîneur lensois, Philippe Montanier, sur cette nouvelle possibilité pour les arbitres de sortir un carton contre les entraîneurs :
Est-ce qu’un coach expulsé change quelque chose pour l’équipe ? Non, je ne pense pas. Souvent on dit qu’à l’entraînement c’est beaucoup l’entraîneur et un peu les joueurs, alors qu’en match c’est beaucoup les joueurs et un peu l’entraîneur. On est en haut de la tribune, on peut échanger avec les adjoints qui sont compétents. Par contre, il faut faire attention à ne pas transmettre de la nervosité à l’équipe si on est surexcité. Maintenant, les arbitres peuvent nous donner un carton jaune. Et là ça change tout ! Aujourd’hui vous toussez, et paf ils vous donnent un jaune… Avant, vraiment pour être expulsé, il fallait vraiment le chercher. Là avec cette nouvelle loi, on a l’impression que ça dégaine vite. ”

(*) C’était à l’occasion de l’émission Tribune Nord sur France Bleu Nord de ce début de semaine.